Santorum vice-président ?


L’ascension surprise de Rick Santorum dans les sondages, conséquence de sa victoire dans les derniers caucus, à de quoi inquiéter Mitt Romney…

L’ex Gouverneur du Massachusetts est toujours le favori pour l’instant mais il peine à s’affirmer en tant que conservateur. À tel point qu’il a doit s’expliquer sur ses positions à chaque débat. L’image de flip-flopper (girouette) semble coller à la peau de Mitt Romney.

Selon certains analystes il pourrait choisir Rick Santorum comme colistier, un bon moyen de s’afficher comme un « vrai » conservateur. Le ticket ainsi formé s’appellerait alors Romney-Santorum.

La place de colistier est en générale utilisée pour rallier une partie de l’électorat qui échappe au candidat, ici, les plus conservateurs du parti. Autrefois les candidats choisissaient leurs partenaires en fonction de leurs origines géographiques. Un candidat de la Nouvelle-Angleterre par exemple optait pour une personnalité politique du sud ou bien de la Côte Est.

Le vice-président a la fonction de Président du Sénat, à ce titre il peut voter pour faire pencher la balance en cas d’égalité dans la chambre haute. Sa fonction est aussi de présider au vote des Grands Electeurs lors de l’élection présidentielle.

Le rôle du vice-président reste toutefois assez symbolique, sauf en cas de décès, de démission ou de destitution du président, auquel cas il prend sa place. Cette fonction de remplaçant n’est pas inscrit dans la Constitution mais historiquement le vice-président à toujours joué ce rôle sans que le Congrès ou la Cour Suprême ne s’y opposent.

Voici quelques vice-présidents qui ont hérité du commandement suprême: Theodore Roosevelt (après l’assassinat de Mc Kinley) – Lyndon Johnson (après l’assassinat de JFK) – Harry Truman (après le décès de Franklin roosevelt) – Gerald Ford (après la démission de Richard nixon).

Concernant ces publicités

À propos de Charles Voisin

Charles Voisin est chroniqueur spécialisé dans la politique américaine. En 2012 il commente l'issue des élections US sur les ondes de la RTBF. En tant que blogueur spécialisé - jfk50ans.com - il est invité à prendre part à l'événement #JFK50 de CNN International l'année suivante. Les libertariens, le protestantisme évangélique et le financement des campagnes électorales font également partie de ses sujets de prédilection. Récemment il a lancé le premier pure player participatif belge, le16.be.
Ce contenu a été publié dans ELECTIONS, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Santorum vice-président ?

  1. Bonjour,

    Article très intéressant, car il est vrai qu’on ne parle très peu du Vice-président, et surtout dans les médias français, qui ne parlent que tout juste des primaires Républicaines.

    Et c’est vrai que le but du Vice-Président est de se réconcilier avec un électorat perdu lors des primaires, on se rappelle du ticket de Ronald Reagan, en 1980, qui avait souhaiter enterrer la hache de guerre avec un George Herbert Bush lors des primaires très tendues.
    Santorum, est à mon avis le meilleur choix à faire pour Romney, à moins qu’il ne prenne Marco Rubio ( Tea Party, Hispaniques ect…).

    Et Gérald Ford était d’ailleurs le second VP de Nixon, ce qui est plutôt rare de changer de VP

    PS : Mitt était gouverneur du Massachusetts

  2. @CharlVoisin dit :

    Merci :D J’aimerais approfondir le sujet. Quelles sont les relations entre le Président et le VP une fois que ceux-ci ont gagné la Maison-Blanche: relations cordiales, de méfiance, pragmatiques ? Tu as un avis ?

    Par exemple JFK a utilisé les bonnes relations que Johnson avait avec les élus sudistes pour calmer le jeu lors de l’entrée de James Meredith à l’université du Mississippi. Mais par contre il se souciait plus de cacher ses relations extra-conjugale à Johnson qu’à sa femme :D

  3. Je dois dire que la relation entre le Président et le Vice-Président varie selon les époques.

    Pour ne pas remontrer trop loin, je vais partir de 1980, année qui a vu naître la politique Américaine telle qu’on l’a connait aujourd’hui.
    Sous Reagan, les deux partagées la même vision de l’Amérique, et d’ailleurs George Herbert Bush, en 1988, s’est érigé comme l’héritier de la Révolution néoconservatrice. Ici dans cette situation, bien que les relations Reagan/Bush avaient très mal démarrées, ils se sont très bien entendus, ils parlaient d’une seule voix.

    A partir de 1988, les choses se compliquent. Sur la forme, Dan Quayle paraissait un bon choix, le 2ème plus jeune sénateur élu. Cependant, dès la campagne, il commet un certains nombre de maladresses, qui lui vaudront la réputation peu glorieuse qu’on lui connait.

    En 1992, arrive le duo Clinton/Gore. Dans ce duo, Clinton paraît comme le Président qui parle, Al Gore comme celui qui réfléchi. Al Gore est orienté bien plus à gauche que Clinton.

    Al Gore devient très influent, et quand l’affaire du Monicagate est découverte, là c’est pratiquement Gore qui prend la place du Président.

    Sous la présidence de George Walker Bush, c’est encore autre chose. Le Vice Président était Dick Cheney. Ce vice président est assez particulier, puisqu’il est très impliqué dans les décisions de l’administration, il est d’ailleurs à l’initiative de beaucoup d’entre elles, mais il reste en même temps en retrait: médiatiquement il est devancé par le Secrétaire d’état (Colin Powell, puis Condolezza Rice).

    Aujourd’hui, sous BHO, la tendance se maintient, Joe Biden reste plutôt en retrait, mais cette fois-ci au profit d’Obama.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s